dimanche 1 mai 2016

Tourne, tourne, tourne le moulin


video

Chanson de gestes :

Frotte, frotte, frotte dans tes mains, 
(on frotte les mains l'une contre l'autre devant soi)

Tourne, tourne, tourne le moulin 
(on fait un moulinet avec ses mains devant soi)

Ferme, ferme, ferme le chemin 
(on fait un nœud au-dessus de la tête en regardant en haut ses mains)

Le soleil va se lever. 
(on fait passer les bras d'un côté à l'autre du corps pour former un arc en ciel, 2 ou 3 fois)

jeudi 13 juin 2013

Relaxation à l'école primaire, contre le stress

Aujourd’hui, aux Etats-Unis, il existe dans les écoles primaires des séminaires de « gestion du stress » pour les enfants de 7-8 ans.

Par exemple, à l’école primaire Rosemarie, dans le Maryland, la psychologue de l’école, Mary Minner, a organisé un séminaire de huit semaines intitulé « Comment contrôler son stress et retrouver confiance» pour les enfants de CM1. Une fois par semaine, pendant 45 minutes, un petit groupe d’enfants de 8-9 ans, repérés par leurs maîtresses comme des enfants assez tendus et angoissés, se retrouvent avec cette psychologue.

Ils sont entourés de livres et de marionnettes de toutes les couleurs et les enfants pratiquent des techniques de relaxation. Ils utilisent la pensée positive, philosophie un peu New Age disant que penser à des choses positives, affirmatives et énergiques permettent de se sentir bien, et entraîne l'esprit à une gymnastique positive qu'il gardera dans la vie d'adulte.

Mary Minner dit que cette pensée positive peut permettre de contrôler l’angoisse aussi chez les tout-petits. Elle demande aux enfants d’imaginer un jardin dans leur tête, dans lequel chacun peut planter des mauvaises herbes ou des fleurs.L’enfant peut transformer la mauvaise herbe en fleur, s’il le souhaite. La mauvaise herbe, pour madame Minner, ce sont les mauvaises pensées, c’est-à-dire des choses stressantes pour l’enfant. Cette méthode apprend à l’enfant qu’il peut contrôler ses mauvaises pensées, ses angoisses afin de se sentir plus paisible. Les psychologues dans les écoles commencent à reconnaître la nécessité de certains exercices de relaxation et les font appliquer.

L’une de ces méthodes est le « blowing bubbles » qui consiste simplement à faire des bulles, tous les enfants savent le faire. Pour faire des bulles sans les casser, on est obligé de respirer tranquillement et régulièrement. Cette activité fait comprendre aux enfants que le simple fait de respirer profondément peut éliminer le stress et la colère.



Il existe d’autres méthodes. Dans certaines écoles, la grande mode, c’est de faire écouter des cassettes de relaxation dans les classes de CM1 et CM2 une fois par semaine. L’idée, c’est de transporter les enfants dans une ambiance relaxante.

Une maîtresse avec qui j’ai discuté a créé ses propres méthodes : elle remplit des ballons avec de la farine et montre aux enfants comment les serrer contre eux très fort pour enlever leur stress. En relâchant, ils lâchent leur tension et du coup leur stress. Et puis, une autre méthode que j’aime bien s’appelle le » stress basket « Les enfants écrivent des situations qu’ils trouvent stressantes sur un morceau de papier qu’ils jettent ensuite en boule dans la corbeille. En fait, ils « jettent» leur stress.

« En France, qui est un pays assez volatile et excité, je pense que ça pourrait être assez chouette d’apprendre aux enfants la respiration de relaxation à l’école… »

Ce sujet de Roxanne Frias a été diffusé le 3 juin 2003.
D'après l'émission « Les Maternelles» les matins sur France5.

publié par relaxation à l'école

mercredi 16 janvier 2013

La détente avec le Yoga




Nous voulions communiquer l'expérience qui dure depuis deux années consécutives dans toutes les classes à l'Ecole élémentaire de Collevecchio. Une équipe donne des cours méditation avec le Yoga, et voici ce qu'il en résulte.
Les maîtresses ont été très contentes des résultats de ces cours, les enfants en redemandent. Voici quelques lignes que des enfants de CM2 ont bien voulu laisser à leurs professeur de Yoga déjà regrettées, car l'année prochaine ils vont être dispersés dans différents collèges et n'auront plus ce genre de cours.

Rebecca: " Quand je fais le yoga je me sens en paix avec moi-même et avec les autres. Quand je suis sans pensées mon mental est libre et c'est aussi un moment de rapprochement profond entre les enfants et les adultes. Mes enseignants (de yoga) ont bien réussi à me faire comprendre beaucoup de choses. Je regrette qu'au collège il n'y ait pas de yoga, mais je l'emporterai avec moi."

Viola : " Moi je n'y croyais pas, mais à force de méditer j'ai prouvé que cela existait vraiment. C'est mieux de se détendre avant de commencer la leçon."

Andrea : " Le yoga m'a beaucoup aidé à me débarrasser des mauvaises pensées et à pardonner aux personnes comme je n'aurais jamais fait autrement."

Maria Letizia : " Au début je n'aimais pas beaucoup le yoga, mais par la suite les maîtresses m'ont aidées à le découvrir et j'ai beaucoup aimé. Je me sentais mieux en moi-même, une autre personne."
publié par relaxation à l'école

jeudi 3 janvier 2013

Yoga des enfants

Nous ne résistons pas à l'envie de vous faire découvrir ce magnifique extrait de l'article de "psychologies magazine" paru ce moi-ci:



"Micheline Flak, chercheuse en sciences de l’éducation et formatrice pour l’Education nationale, a fondé, en 1978, Recherche sur le yoga dans l’éducation. Elle a écrit, avec Jacques de Coulon, “Des enfants qui réussissent”,Desclée de Brouwer, 1991. Site Internet : rye.free.fr





Psychologies : Comment peut-on intégrer ces techniques dans la vie scolaire ?


Micheline Flak : Il existe deux manières de le faire. Soit un intervenant extérieur donne un cours (sur le temps scolaire ou à l’heure du déjeuner). Soit l’enseignant, formé au yoga, propose une pratique de quelques minutes avant de commencer la journée ou lorsqu’il sent ses élèves particulièrement tendus.


De quelle manière procède l’enseignant ?


Dans la classe, les enfants sont assis à leur place ou debout près de leur table, selon les exercices. La séance dure de cinq à vingt minutes...


Les enfants réagissent-ils bien ?


Ils adorent ! Plus ils sont petits, plus ils entrent vite dans les exercices, d’autant que ceux-ci ressemblent à des jeux...


Quels bénéfices en retirent-ils ?


Notre objectif est de développer leur attention. Mais une attention spontanée, naturelle, très différente de celle que l’on exige dans l’enseignement. Il s’agit de les aider à mieux apprendre, dans la détente, le plaisir, et non dans la contrainte. Je pars du principe que l’attention, ça se cultive. Nous sommes là pour leur permettre d’utiliser au mieux leurs potentialités. Parents et professeurs remarquent qu’ils sont plus calmes, parlent moins fort et parviennent mieux à se concentrer.



UNE SEANCE TYPE :
Systématiquement en six étapes, avec un objectif précis :


1 - Apprendre à être attentif aux autres.
Les enfants accomplissent des gestes en commun et pratiquent des respirations accordées, excellent moyen pour que l’instruction civique soit totalement intégrée.


2 - Eliminer toxines et pensées négatives.
Il s’agit de travailler à débloquer les articulations au niveau des pieds, des épaules, des mains, des doigts, du cou. Equilibrants, ces petits exercices calment autant qu’ils tonifient.
3 - Se mettre en bonne posture, pour prendre conscience de son dos et le fortifier.
Une "petite salutation au travail" a été mise au point, qui n’est pas sans rappeler la salutation au soleil connue des pratiquants du yoga. Puis les enfants apprennent à s’asseoir correctement, tout simplement. Les positions du corps ont un rapport direct avec le développement du cerveau.
4 - Prendre le temps de respirer pour recharger ses batteries.
Faire prendre conscience aux enfants qu’ils respirent est un enjeu essentiel à l’école. Et c’est plus complexe qu’il n’y paraît. En les entraînant à la respiration en triangle – ils alternent inspiration par la narine droite et expiration par la narine gauche, et inversement –, on leur permet de rééquilibrer les hémisphères cérébraux.
5 - Se relaxer pour recentrer son énergie.
Les pauses dans le temps pédagogique sont des moments privilégiés pour optimiser les capacités des élèves à assimiler les apprentissages. Par des exercices respiratoires et de relaxation, ils apprennent à se déconnecter des sollicitations extérieures et à se brancher sur leurs perceptions corporelles.
6 - Rassembler ses forces pour revenir à la réalité.
En l’aidant à se concentrer sur un point ou en pratiquant de petits exercices de visualisation, on stimule la créativité de l’enfant. On l’amène ainsi à un état de vigilance détendue qui lui permettra d’être plus efficace dans ses activités. "


Plus sur le site :
http://www.psychologies.com/Culture/Philosophie-et-spiritualite/Meditation/Articles-et-Dossiers/Mediter-le-meilleur-des-antistress/Yoga-des-enfants-la-serenite-a-leur-portee/7
publié par relaxation à l'école

samedi 10 novembre 2012

L'arbre du silence, un jeu pour se relaxer




Je suis une enseignante à l’école primaire. Le quartier dans lequel je travaille fait l’objet d’un programme appelé « challenge ». Un programme pour les enfants et surtout leur famille, des immigrés récemment arrivés et ne parlant pas notre langue. Les enfants sont adorables, de vrais petits anges.

Depuis 4 ans maintenant, je monte avec eux « l’arbre du silence » tous les matins. Ensuite, nous faisons un arc en ciel pour cet arbre. C’est de cette façon que je les aide à se relaxer.
Certains enfants me disent qu’ils aiment faire l’arbre du silence aussi avant de s’endormir. Pour moi une façon vraiment efficace de calmer les enfants. Je peux voir la différence !
Johanna, Finlande

publié par relaxation à l'école

lundi 5 novembre 2012

Relaxation active en classe


Voici une proposition de relaxation active en classe, qui a été instruite dans les écoles françaises. A chaque visite, professeurs, inspecteurs, ont été impressionnés par la profondeur et le sérieux que montraient les élèves lors de cette relaxation.

Cela dure 5 minutes, tous les jours, et sert de transition entre deux séances de mathématiques et français par exemple. Le professeur dirige la séance de 5 minutes la première semaine. Puis un enfant par jour, prendra la relève, chacun à son.

L’objectif principal est de permettre aux enfants de s’approprier une méthode de relaxation intérieure en fermant les yeux, (ce qui est difficile au départ pour eux), pour mieux se détendre surtout au niveau du dos.

Il s’agit donc de relaxation sans discours préalable : on entre directement dans la séance. Par contre, avant la première séance, j’explique aux enfants les bienfaits de cette relaxation :

- le cerveau est à l’image de l’élastique s’il est trop tendu on ne peut plus le tendre davantage. Donc il faut d’abord le détendre pour qu’il puisse mieux fonctionner.

- Le mal de dos vient d’une mauvaise posture et il faut apprendre à le mettre bien droit pour corriger les tensions nerveuses et la fatigue.

Cette relaxation consiste à faire des gestes ou des mouvements, car l'immobilité totale est ressentie comme une contrainte et n'est pas naturelle chez un enfant. D'où le nom de relaxation active.

Cette méthode est aussi efficace avec les plus petits. On constate les mêmes choses qu'avec les primaires: à priori, il est difficile aux enfants de rester en silence en fermant les yeux pour la relaxation. Il faut avoir confiance en l'autre, oser se couper du monde en fermant les yeux. Cela peut déstabiliser.

Mais le fait de mettre la main sur les parties du corps, leur permet d’entrer en eux-mêmes, et d’avoir un « endroit » concret et « à eux » où poser leur attention avec des bruits et des signes qui leur appartiennent : respiration, gargouillis, souffle.
Le résultat donne une relaxation très profonde amenant un silence mental qui permet aux enfants de se détendre complètement.
Cela dure 5 minutes, ce qui, au vu des résultats, est amplement suffisant. 


Voici comment mener une séance de relaxation de 5 minutes qui, pratiquée tous les jours à l'école, donne de très bons résultats immédiats mais surtout à long terme.

Objectifs :
- s'approprier une méthode de relaxation intérieure
- connaissance du schéma corporel, spatialisation
- relâchement des tensions surtout au niveau du dos.

- bénéfices auxiliaires : amélioration des performances scolaires, cohésion du groupe par un sentiment de confiance partagée.

Développement :
Pas de discours préalable : on entre directement dans la séance par la relaxation. Avant la première séance, expliquer aux enfants les bienfaits de cette relaxation (voir message "relaxation qu'est-ce que c'est?")

La posture :
On dirige la séance en disant : "On met ses pieds bien à plat sur le sol, on doit bien le sentir sous ses pieds, ils sont légèrement écartés, les avant-bras allongés sur la table, les paumes vers le haut, les coudes sur la table. On ferme les yeux."

«On met la main droite sur le ventre. (Souvent on doit rectifier, pas l’estomac plus bas sur le ventre, l’autre main). On sent son ventre se gonfler et se dégonfler avec la respiration.»

Ensuite on met la main droite sur le cœur et on entend le battement du cœur.

On repose sa main sur la table ; on reste un peu en silence les yeux fermés. On ouvre doucement les yeux. Qui veut dire ce qu’il a senti ? »

La première fois, certains enfants rigolent et se sentent gênés. Il suffit de dire tout haut que c’est normal, que c’est en fait le signe de la tension nerveuse qui part, et que tout le monde a les yeux fermés, que personne ne regarde. Il est très important d’instaurer ce climat de confiance et de déculpabiliser les enfants intimidés.

Au départ, pendant 15 jours, ou moins selon l’âge des enfants, je reste sur ces deux positions. Ensuite j’introduis l’estomac et le front « on met la main sur son estomac et on essaie d’entendre les bruits de l’estomac. On met la main sur le front et on efface toutes les pensées, on oublie les mathématiques (si c’est le cas) On repose sa main et on reste une minute en silence. »
Il faut toujours répéter la posture de départ pendant les premières séances car certains enfants sont voûtés et n’arrivent pas à se tenir droits suite à de si longues journées scolaires.

publié par relaxation à l'école

lundi 27 février 2012

Un peu de tendresse



video


Publié par relaxation à l'école

dimanche 12 février 2012

La méditation pour récupérer de l'effort


« J'ai pu faire une expérience de méditation et d'exercices à l'école secondaire où je travaille, mercredi dernier. L'un des enseignants du département d’éducation physique avait toute organisé un projet sur le thème olympique pour toute l’école.

J'ai eu trois séances d'une heure pour présenter une expérience de méditation. Il s’agissait de voir si la méditation pouvait améliorer la récupération après l'effort, en utilisant les battements du pouls comme mesure.

La méthode :
Nous avons eu une discussion avec les élèves au sujet de l'expérience à leur arrivée. Quand ils ont été tous installés et détendus, ils ont pris leur propre pouls. Nous avons ensuite fait quelques exercices d'échauffement, suivis d'une petite course de 5 minutes.
Nous avons pris le pouls de nouveau immédiatement après l'exercice, et à intervalles d'une minute jusqu'à ce qu'il soit de retour au point de repos d'origine. Puis nous avons eu une séance de méditation, après quoi nous avons répété le même exercice. Les résultats ont montré un bénéfice immédiat après l’exercice, avec des taux d'impulsion entre 10 à 20 battements inférieurs à ceux des sessions précédentes sans méditation. La plupart des élèves avaient un pouls au repos qui était de 2 à 6 battements inférieur à leur pouls au repos d'origine.Il est évident que nous n'étions pas en mesure d'utiliser un équipement de mesure sophistiqué mais néanmoins une nette amélioration a été observée par tous. »
John

Publié par relaxation à l’école

samedi 29 octobre 2011

Séance, "jeu de la statue"


Jeu de la statue
Objectif
: apprendre à rester silencieux et immobile, apprendre à prendre ses distances, développement du schéma corporel.

Matériel : de la musique en arrière fond, des images ou photos d'animaux dans différentes postures. Ces reproductions sont posées au sol de manière éparpillée dans la salle.
Consigne : on se promène dans la forêt/jungle; dès que la musique s'arrête, on regarde la photo de l'animal la plus proche de nous; on prend la même posture allongé sur le sol. Ensuite on ferme les yeux et on ne bouge plus car on est une statue.

1) Les enfants se promènent en musique dans la salle. On stoppe la musique et les enfants doivent s’arrêter près d’une image et bien l’observer, et prendre la même pose, "faire la statue". Attendre quelques minutes.

2) Remettre la musique et aller vers une autre image : faire de même.

On peut faire plusieurs séances avec à chaque fois la découverte de 6 ou 7 animaux de la ferme, de la forêt ou de la jungle.
A la fin de l'activité, on regroupe les enfants contre le mur et on demande qui veut montrer la position qu'il a le plus aimé.

Pour des enfants plus grands (cycle3), prendre des reproductions d’œuvres d’art, personnages peints ou statues comme par exemple : la déesse Athéna, la danseuse de Degas, le penseur de Rodin, des statues de Bouddha…Ce qui permet d'avoir en plus un prolongement en cours d'arts plastiques, ou en géographie avec les reproductions de la déesse Athéna et du Bouddha.
publié par relaxation à l'école

jeudi 20 octobre 2011

Méditation au collège







Le collège dans lequel je travaille m’a proposé de donner des cours de Yoga le matin pour les élèves. J’ai donc proposé 10 minutes de Yoga suivis d’une séance de méditation de 20 minutes. Je leur ai dit que la méditation permet de dépasser ses problèmes et les fait disparaître de l’esprit. J’ai 16 étudiant qui suivent ces cours maintenant et de plus en plus de jeunes me demandent de suivre le cours. On voit bien à leur expression qu’ils sont vraiment impliqués.


Mike, USA

vendredi 11 février 2011

La pièce porte-bonheur



Je me baladais tranquillement dans le parc d'attraction sur l'allée principale entre les stands, quand soudain ma pièce porte-bonheur tomba et roula jusqu'aux autos tamponneuses.


J'essayais de la rattraper, mais elle rebondissait partout à chaque fois que je me rapprochais d'elle. Elle fit un triple saut périlleux et atterrit dans le stand des montagnes russes. Ma pièce faisait des loopings !


Puis elle roula jusqu'au grand huit. Au moment où elle allait tourner dans la première boucle du grand huit, patatras ! Elle tomba du circuit et s'envola dans les airs...

Malheur pour moi! Elle était allée directement dans le train fantôme ! J'y allai à mon tour pour tenter de la reprendre, car sans elle, je me sentais un peu dépouillé.

Elle s'était de nouveau enfuie et s'était cachée dans le décor. Alors moi aussi, je la suivis. Pauvre de moi, elle venait de sauter dans les bras d'un fantôme !

Voulait-elle changer de meilleur ami ? Pourtant, j'avais beaucoup joué avec cette pièce, et je lui avais donné le statut envié de porte-bonheur, délaissant pour elle ma souris.

Un peu apeuré devant ce fantôme tout blanc et assez impressionnant, je ralentis, quand le fantôme me dit : « est-elle à toi ? » Je répondis : « oui, c'est ma pièce porte-bonheur. » Alors sans hésiter, il me la rendit.


Tout content, je sortis du train fantôme et je dis à ma pièce que la prochaine fois, je fermerai ma poche !
Publié par relaxation à l'école