dimanche 28 novembre 2010

Petit sapin de Noël


Un petit sapin vit dans une forêt où la neige qui est si froide, brille de mille feux sous les rayons du soleil. Il y a tellement de neige que ses branches sont toutes blanches. La neige est si lourde, si lourde, que ses branches plient sous son poids.
Mais un jour spécial va bientôt arriver : c’est le jour de Noël. Cependant, le petit sapin n’a jamais encore vu de jour appelé ainsi : il connaît, lundi, mardi, mercredi, enfin tous les jours de la semaine. Même dimanche.
- Qu' est-ce que c'est que ce bruit ? demande-t-il au sapin qui pousse près de lui et qui le dépasse déjà d’un mètre.
- Ce sont les bûcherons, répond le sapin moyen.
Les bûcherons font alors une grosse croix de peinture rouge sur le tronc des arbres, mais passent devant le petit sapin sans même le regarder.
- C’est cela Noël ? Demande petit sapin, tout étonné de découvrir la couleur rouge.
- Non, Noël est plein de couleurs et de lumières qui clignotent. Ce n’est que pour marquer les plus beaux sapins.
- Alors je ne suis pas un beau sapin? Mais je voudrais vraiment connaître ce jour !

Les bûcherons choisissent les arbres qui vont être rapidement coupés. Ils vont être vendus aux habitants de la ville qui n’ont ni forêt, ni jardin, pour voir grandir de tels arbres.

Presque tous les arbres sont marqués maintenant.
- Que va-t-il m'arriver si je reste tout seul ?
Soupirant de tristesse, petit sapin voit, jours après jours, ses voisins s’en aller.
Puis, un enfant passe par là.
- Bonjour, je cherche un bel arbre de Noël, peux-tu m'aider à le trouver, s'il te plait ?
- Tu es un bûcheron alors ? Demande petit sapin.
- Non, dit le petit garçon, mais je cherche un petit arbre, comme toi. Mais tu ne veux sûrement pas partir, puisque les bûcherons ne t’ont pas coupé.
- Ce n’est pas cela, mais je ne suis pas assez beau pour faire partie de la fête.
- Ce n’est pas vrai, dit le petit garçon, je te trouve parfait. Chez moi, il n’y a pas beaucoup de place et puis nous avons peu de guirlandes. Pas beaucoup de boules non plus. Oui vraiment, tu serais parfait.
- Je voudrais venir avec toi. Mais comment feras-tu ? Est-ce que tu sais couper les sapins ?
- Je crois, répondit le garçon, il faut que je trouve mon frère qui est plus fort que moi.
- Et qu'est-ce qui va se passer ?
- Tu vas voir, c'est lui qui va te scier, cela ne te fera pas de mal, amis peut-être te chatouiller un peu.
Alors le petit garçon s’en va pour revenir bientôt accompagné de son frère.
- On peut y aller maintenant ? Demande petit sapin.
- Allons-y tout de suite, alors, avant la tombée de la nuit, dit le petit garçon.
- Mais, tu n'as donc pas peur de la pénombre, interroge le sapin ?
- Non, je n'ai pas peur !
- Attention, les bûcherons arrivent, dit le grand frère, cachons-nous.

Les bûcherons arrivent et ne voient qu’un petit sapin, abandonné sur la neige.
- Il est trop petit, nous allons le laisser pour faire du compost, pas besoin de le préparer pour Noël, dit le chef des bûcherons.
Alors, ils l'entassent derrière leur camion sur les autres arbres morts, les feuilles et les branches qui vont finir en compost.

Quand ils arrivent dans la clairière qui leur sert de réservoir, le petit sapin prend peur. Il va encore se retrouver tout seul !
Mais les deux frères ont suivi le camion à vélo et attendent cachés dans la forêt.
- Demain, nous le couperons, il se décomposera plus vite, dit le chef des bûcherons avant de partir.



Il se fait tard et la nuit est presque tombée. Pourtant, l’ami du petit sapin et son frère sont là.
Il attrape petit sapin, l’attache sur le porte bagage de son vélo. Ensuite, ils rentrent en ville jusqu’à chez eux.
- Oh ! Comme c’est beau toutes ces lumières qui clignotent ? C’est cela Noël ?
- Ah ! C'est vrai que tu ne connais pas Noël. Nous allons te recouvrir de guirlandes bleues et rouges et de boules or et argent. Tu verras, tu seras notre plus beau sapin de Noël.
Petit sapin n’en revient pas : enfin, il se voit à travers les yeux de ses amis les enfants, et ce qu’il découvre, c’est qu’il est le plus beau de tous les arbres de Noël.


Publié par relaxation à l’école

Aucun commentaire:

Publier un commentaire