mardi 22 décembre 2009

Mots d'enfants



- Que pensez-vous du stress chez les enfants ? demande-t-on à une assistante de scolarité.
- Je pense que les enfants ont surtout besoin d'être heureux. Je me souviens avoir demandé à un père de famille pourquoi ses enfants travaillaient-ils si bien à l'école. C'était vraiment extraordinaire, ils étaient bons partout, dans toutes les disciplines. Et voici sa réponse :
"Le soir quand j'arrive je prends chacun sur mes genoux et je lui demande s'il est heureux, jamais s'il a bien travaillé. Si sa joie est médiocre, on en parle car peut-être qu'un petit copain est à l'origine de sa tristesse. Mais je ne le laisse jamais aller se coucher s'il n'est pas en joie."
Il me semble que ce papa a tout compris, n'est-ce pas?

J'ai travaillé pendant 15 ans en tant qu’auxiliaire d’institutrices dans les classes de maternelle, et j'ai été témoin de merveilleuses histoires comme celle qui suivent. Je m'intéresse énormément à cet aspect de l'innocence des tout petits, que l’on peut découvrir dans ces petites histoires, ces anecdotes. C'est grâce à ces histoires-là que j'ai pu pénétrer leur innocence, qui est un bon baromètre de leur état de confiance et de détente. Car quand ils se sentent bien, les enfants n’hésitent pas à partager en toute simplicité leur monde à eux.


Voici quelques perles pour notre plus grand plaisir.

Swane, 5 ans dit à sa maîtresse :
- Tu sais, maîtresse, ma maman a acheté une chemise de nuit pour l'éternité.
La maîtresse s'interroge, puis se rappelant le "gros ventre" de la maman, lui dit :
- Est-ce que ce ne serait pas plutôt pour la maternité ?

Rentrée des classes ; Enzo est un petit garçon noir aux cheveux frisés. Il arrive à l'école et se lie d'amitié avec une petite fille, de 3 ans comme lui. Trois mois plus tard, Enzo tombe malade et ce jour-là un petit nouveau arrive, aux cheveux roux et à la peau très blanche qui s'appelle aussi Enzo. La maîtresse doit reprendre beaucoup ce « deuxième » Enzo, qui n’est pas trop sage. Elle se rend compte de la triste mine qu’arbore la petite fille, amie du premier Enzo, puis finit par la prendre à part et lui demander ce qui ne va pas.
- En pleurant, la petit fille lui confie : C'est que Enzo....Il a beaucoup changé.

La maîtresse évalue Floriane qui a 5 ans.
- C'est bien Floriane, maintenant tu sais faire plein de choses. Tu as juste un petit "cheveu sur la langue". Par exemple au lieu de dire « cochon » tu dis « cosson ». Il faut faire encore un effort pour bien parler, mais ne t'inquiètes pas, ça va venir.
Alors, Florianne intimidée lui répond:
- C'est la faute de ma maman car elle ne me coiffe pas bien le matin. Elle ne me tire pas assez les cheveux, comme ça en arrière.

Annie
Publié par relaxation à l’école

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire