dimanche 23 mai 2010

Une école en Inde





Voici une chanson en langue Tulugu, "Gunna Maamidi Komma Meeda" extraite d'un film. Regarde ces images.
- Est-ce un vieux film ou non ? C'est un vieux film bien sûr, car les images sont en noir et blanc.Il a été tourné en 1972. Il s'appelle "Balamitrula Katha", l'histoire des amis d'enfance.
- Regarde bien cette classe. Que vois-tu ?
Les élèves sont tous des garçons et ils portent les mêmes habits : c'est un uniforme. Encore aujourd"hui, en Inde, les filles et les garçons vont dans des écoles séparées et ils ont tous un uniforme différent selon leur école.
Comme cette langue est étrange, en Inde il en existe plus de trois mille !

Voici l'histoire de cet extrait:
Au début, le maître doit expliquer à ses élèves la valeur de l’amitié. Il donne deux exemples : une amitié fragile est comme le soleil du soir, et une grande amitié est comme le soleil du matin qui réchauffe de plus en plus au fur et à mesure de la journée. Il cite deux garçons comme exemple. Un élève demande alors : comment une amitié est-elle possible entre le fils d’un propriétaire terrien et le fils d’un ouvrier ? Alors le maître demande à l'un des deux meilleurs amis de répondre à la question en chantant :

« Au sommet du manguier, sur une branche, il y a deux nids. Dans un nid, il y a un perroquet et dans l’autre un coucou. Le perroquet est vert et le coucou est noir. Mais le matin, tant qu'ils n'auront pas pu se voir ni se parler, le coucou ne mangera pas de petites feuilles et le perroquet ne pourra pas se balancer sur sa branche.

Ils sont très unis et font une sacrée paire. Qu’il fasse chaud ou froid, ils volent comme un seul oiseau. Même si leur couleur et leur apparence sont différentes, ils sont semblables dans leur comportement. »

A la fin, le maître explique aux élèves qu’ils doivent tous être de bons amis les uns pour les autres et que leur amitié devrait durer éternellement.

Relaxation active "l'oiseau" :

Et toi, es-tu un perroquet ou un coucou?

Assis sur un chaise ou par terre, met la main droite sur le coeur. Ferme les yeux.

Entends-tu les battements de ton coeur ? Si tu les entends bien, enlève ta main et essaie de les entendre encore. Tu n'y arrives pas ? Remet ta main et attend un peu. Si cela ne vient pas, demande à ton coeur d'être très bavard pour que tu l'entendes.

Ensuite, tout en essayant d'avoir des oreilles dans ton coeur, si tu es un perroquet, tu ouvres lentement tes bras comme les petites ailes vertes du perroquet. Si tu es un coucou, tu ouvres tes larges ailes brunes.

Et là, les yeux toujours fermés, tu étends tes bras et tu voles lentement dans les airs.
Ouvre les yeux ? Alors te sens-tu maintenant léger comme un oiseau ?

Publié par relaxation à l'école

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire